C’était à la mi-avril, à la mairie de Paris : la Société centrale canine décernait les titres de chiens héros, choisis par un jury (où siège notamment l’ancien CEMAT Elrick Irastorza). Après le sergent-chef Vince et son chien Djony, insérés au sein de l’équipe 13 Bravo, c’est encore un binôme du commando parachutiste de l’air n° 10 qui a raflé la médaille du chien d’intervention : le sergent-chef Marcus et son malinois Ice, binômés depuis janvier 2015. En avril 2017, ils avaient assuré l’interpellation d’un chef terroriste lors d’une opération au Sahel, de nuit, dans un contexte très dégradé, après avoir participé à un assaut héliporté permettant d’interpeller trois autres terroristes. Protégé par un équipier pourvu d’un bouclier lourd, le binôme cynophile avait progressé dans une forêt dense, avant que le chien repère l’individu, et le bloque, dans un bosquet d’épineux assez inaccessible. Ice avait ensuite mis à jour deux caches d’armes dans la zone.

Un binôme du 17e groupe d’artillerie, formé de l’adjudant-chef David et de Looping, un malinois de quatre ans, a obtenu la médaille du chien détecteur de maladie. Ce chien présente la capacité de détecter des cancers de la prostate. Depuis 2007, le Service de santé des armées et l’hôpital Tenon (civil) planchent sur l’apport de la cynotechnie à cette détection, réalisée sur des échantillons d’urine. Looping a rejoint le programme en 2016. Après deux ans d’entraînement, le chien a réussi à obtenir 100 % de succès, contre 71 % pour les machines. Les qualités olfactives du chien permettent de réaliser les tests de façon plus efficace : un chien détient 200 millions de cellules olfactives contre une dizaine de millions chez l’humain.

Employé par la brigade des sapeurs-pompiers de Paris, Jerry Leen, un malinois femelle de quatre ans, est intervenu notamment lors de l’explosion de gaz de la rue de Trévise à Paris. La chienne a été décorée dans la catégorie « sauvetage civil ».

Fitas a été distingué dans la catégorie « mémoire ». Envoyé en Afghanistan fin 2010, ce malinois d’intervention du 132e BCAT avait été capturé par les insurgés le 8 avril 2011 lors d’une opération dans le district de Tagab. Il avait réussi à s’échapper, et avait été retrouvé lors d’une opération le 20 août 2011, blessé à la patte et victime d’évidents mauvais traitements. Décoré par le CEMAT Ract-Madoux, il était mort des suites des blessures contractées en captivité, le 17 avril 2012

Publié le

Texte

Jean-Marc Tanguy

Photos

Jean-Marc Tanguy

Lire aussi