La guérilla communiste a perdu plusieurs de ses combattants au cours d’une série d’actions menées par les forces gouvernementales.

Une dizaine de guérilleros de la New People’s Army (NPA) – bras armé du Parti communiste philippin, tendance maoïste – ont été tués au cours de deux opérations distinctes lancées par l’armée philippine. La première de ces opérations a été menée par des éléments appartenant aux 4e et 76e bataillons d’infanterie, rattachés à la 203e brigade d’infanterie, qui ont attaqué un campement occupé par une quarantaine de guérilleros de la NPA dans la région de Mansalay (Mindoro oriental). Outre les corps de trois guérilleros maoïstes, les militaires ont également récupéré plusieurs armes automatiques et divers équipements et munitions. Un des soldats philippins a été blessé durant l’assaut du campement rebelle. Des troupes supplémentaires et des équipes cynophiles ont été déployées pour se lancer à la poursuite des guérilleros.

Par ailleurs, au moins quatre autres combattants maoïstes ont été tués dans une fusillade survenue à Carmen (Surigao du Sud) avec des éléments de la 502e brigade d’infanterie qui, au cours d’une opération antiguérilla, ont accroché un groupe d’une dizaine de combattants de la NPA. Là aussi, les militaires philippins ont récupéré sur le terrain des armes automatiques, AK-47 et M16 notamment, des téléphones portables et divers documents et équipements.

Parallèlement, le président Rodrigo Duterte, qui a consolidé son pouvoir après les élections de mi-mandat, continue sa guerre – meurtrière – contre la drogue, tant décriée par l’opinion publique internationale, mais jugée positivement par de nombreux Philippins, en particulier ceux des quartiers pauvres des grands centres urbains.

Publié le

Texte

Jean-Pierre Husson

Photos

Philippine Army

Lire aussi