Rose ou kaki ? Tout simplement noir ? Ou, mieux encore, aux couleurs du drapeau américain ? Déployés le long de la frontière mexicaine pour aider l’US Border Patrol (USBP), les soldats américains vont passer l’été, à la demande de Washington, à repeindre le mur controversé afin d’améliorer son esthétique, notamment dans sa partie californienne.

Le Homeland Security, le département de la Sécurité intérieure, n’a pas précisé la teinte retenue pour couvrir la couleur métallique, plus ou moins rouillée, qu’arbore aujourd’hui la barrière, quand elle n’a pas été décorée par des motifs d’artistes ou de manifestants. Le président Trump a suggéré « un noir profond » qui absorbe la chaleur, afin de rendre le mur brûlant et plus difficile à escalader…

L’annonce de ces travaux a relancé la polémique sur l’usage du budget militaire pour construire le mur à la frontière sud des États-Unis. « Un usage honteux de l’argent des contribuables », a déclaré le sénateur démocrate Dick Durbin, avant d’ajouter : « Nos militaires ont un travail plus important à accomplir que d’embellir le mur de Trump ! »

Publié le

Texte

Jean-Pierre Husson

Lire aussi