Après un an de présence sur le terrain au sein de la Minusma, les canadiens plient bagage.

En prévision de l’arrivée au Mali des hélicoptères roumains, les autorités d’Ottawa ont entamé le retrait de la Force opérationnelle aérienne (FOA), confirmant que ses missions se limiteront à des tâches d’évacuation médicale jusqu’au 31 août prochain.

Ce retrait progressif garantit un processus de transition entre les rotations canadienne et roumaine. Une petite équipe de transition des Forces armées canadiennes (FAC) sera déployée pour aider les Roumains à se préparer au début de leurs opérations.

Le Canada a aussi proposé de fournir quatre avions C-17 pour aider la Roumanie à déployer ses personnels et ses équipements sur le théâtre des opérations.

Cette approche doit minimiser les perturbations dans la disponibilité de capacités essentielles pour les forces de la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations unies pour la stabilisation au Mali (MINUSMA) et contribuer à la mise en place de la rotation roumaine.

Depuis leur déploiement sur zone dans le cadre de l’opération Présence-Mali, les militaires canadiens ont procédé à dix évacuations médicales.

Les hélicoptères de la FOA ont accumulé plus de 3 000 heures de vol, transporté plus de 6 400 passagers et livré plus de 370 000 livres de fret. Cette contribution a apporté un appui essentiel à la MINUSMA dans l’exécution de sa mission d’appui à la mise en œuvre de l’accord de paix de 2015.

En mars 2018, le Canada s’était engagé à déployer un contingent au Mali pendant une période d’un an.

L’opération avait démarré quatre mois plus tard, en août 2018, offrant une capacité cruciale d’évacuation médicale, de logistique et de transport pour la MINUSMA depuis la base de Gao, dans le nord du pays.

Publié le

Texte

Jean-Pierre Husson

Photos

FAC

Lire aussi