600 marins et civils sont affectés au groupement de fusiliers marins (GFM) de Méditerranée, basé principalement à Toulon, Rosnay et France Sud (ces deux sites étant concernés par des relais de transmissions liés à la Force océanique stratégique). De quoi mériter un nouveau quartier, promis dès juin 2012 par le commandant de la base de défense, qui avait décidé le transfert du quartier des fusiliers marins de la caserne Brégaillon – un ancien site remontant à Napoléon III – à l’extrémité de la base navale, à la limite de La Seyne-sur-Mer, pour un recentrage au cœur de la base, à la caserne Malbousquet. Le contre-amiral Lucas a profité de l’événement pour décorer trois fusiliers du GFM Méditerranée, face à une délégation de vétérans coiffés du béret vert, et des représentants du Commando Hubert. Deux ont été décorés pour leur engagement au sein d’une opération nocturne de contrôle des pêches en 2018, au large de la Guyane. Les deux officiers mariniers se sont distingués alors que l’embarcation brésilienne en pêche illégale a chaviré, entraînant à la mer ses sept membres d’équipage et cinq marins français. Lors de deux opérations distinctes, ils ont aussi subi des menaces de coups de machette, de couteau, de marteau, et ont dû faire usage de leurs armes non létales pour contrôler ces pêcheurs brésiliens. Les fusiliers marins emploient notamment des Gomm-Cogne tirés par des calibres 12 et des Flash-Ball. Un autre fusilier marin a participé à la saisie de 495 kg d’héroïne, du 28 avril au 2 mai, depuis la frégate Surcouf, en océan Indien.

Dans sa harangue, le contre-amiral Christophe Lucas a souligné le « taux d’engagement exceptionnel depuis deux ans » avec l’envoi outre-mer de 75 équipes de défense et d’intervention, 39 en appui à bord des navires de la Force d’action navale (systématiquement sur les porte-hélicoptères amphibies) et 32 à bord de navires à passagers civils. Ces équipes de protection embarquées pour navires à passagers (EPNAP), déclinaison de ce qui avait été mis en place pour les navires français menacés par les pirates somaliens, ont été créées au lendemain des attentats de 2015.

Les fusiliers marins reçoivent aussi de nouveaux matériels : HK416 (déjà 50 % de l’effectif toulonnais est équipé), véhicules de patrouille VT4 et, à partir de cet été, 12 VPDMP dont le groupement de fusiliers marins de Brest sera le premier récipiendaire. Alfusco avait assisté, six jours plus tôt, à la présentation de la première des 12 coques, tout juste démoulées chez Ufast, lors de la visite de Florence Parly. Ces embarcations seront puissamment armées avec des mitrailleuses lourdes, et pourront embarquer une demi-douzaine de fusiliers marins à une vitesse de plus de 40 nœuds. Des drones aériens sont aussi expérimentés, selon le chef des commandos. Le GFM Med a également reçu des EDOP-HB de Sillinger, venant remplacer les EDOP de Zodiac Milpro.

Publié le

Texte

Jean-Marc Tanguy

Photos

Jean-Marc Tanguy

Lire aussi