La très discrète base des moudjahidines du peuple (MEK) en phase finale de construction.

L’Organisation des Moudjahidines du peuple (Mujahedeen El-Khalq) MEK a fait construire une base près de la ville de Manëz, dans la région de Durres. Les activistes de ce mouvement d’opposition au régime iranien et leurs familles ont commencé à arriver en Albanie en 2013, quand leurs conditions de vie en Irak où ils étaient installés depuis la guerre Iran-Irak de 1980-1988 se sont dégradées. Ce mouvement dont l’idéologie est un mélange d’islam et de marxisme-léninisme, après s’être opposé au Shah, s’est très violemment affronté aux mollahs qui avaient pris le pouvoir à Téhéran. Lors de la guerre Irak-Iran, ses activistes ont même combattu aux côtés des forces irakiennes –de sorte que beaucoup d’Iraniens les considèrent comme des traîtres. L’invasion US de l’Irak en 2003 a provoqué la chute de leur protecteur, Saddam Hussein. Depuis, ils n’étaient plus les bienvenus au camp d’Ashraf où ils étaient cantonnés depuis 1986, sous la protection des Américains. Mais ces derniers ont transmis la responsabilité du camp à Bagdad le 1er janvier 2009. Depuis, de nombreux incidents sanglants sont survenus, dont le plus meurtrier a eu lieu le 1er septembre 2013 (52 tués). Un petit nombre de membres du MEK a alors été déménagé au camp « Liberté » près de Bagdad.

En 2013, en Albanie, le MEK (patronné par Washington) a acheté 34 hectares de terrains où il monte des bâtiments à l’allure militaire. Un mur d’enceinte parsemé de guérites l’entoure hermétiquement. Il y aurait à l’intérieur un stand de tir aux armes légères. 2 000 personnes y vivraient déjà, mais ce chiffre pourrait être sous-évalué car aucun contrôle, même des autorités albanaises, ne serait autorisé à l’intérieur du camp. Le Conseil national de la résistance iranienne, la branche politique du MEK, est présidé par Maryam Rajavi, l’épouse du fondateur Massoud Rajavi mystérieusement disparu en 2003. Elle partage son temps entre son bureau parisien, New York et l’Albanie. Ce mouvement a longtemps été reconnu comme terroriste par les Occidentaux, mais il a été rendu célèbre en 2002 en dévoilant le programme nucléaire secret iranien.

Publié le

Texte

Jean-Pierre Husson

Photos

DR

Lire aussi