Une coalition fidèle à Al-Qaïda « canal historique » s’en prend aux forces syriennes tout en s’opposant à l’accord qui lie Moscou à ankara dans la province d’Idlib.

Une nouvelle coalition de groupes djihadistes dépendant d’Al-Qaïda « canal historique » vient d’apparaître sur les réseaux sociaux en Syrie. Elle s’est donné le nom d’« Aide aux croyants ». À l’origine début 2018, elle s’est formée autour du Hurras al-Din (les Gardiens de la religion), groupe formé par Samir Hijazi alias Abou Houmam al-Chami, l’ancien chef militaire du Front al-Nosra, autour de vétérans djihadistes fidèles à Ayman al-Zawahiri (dont le Français Omar Omsen, émir de Firqat al-Ghuraba). En février, le Tanzim Ansar al-Din, qui avait rompu avec le Hayat Tahrir al Cham (HTC), a rejoint Hurras al-Din. En avril, Ansar al-Tawid, constitué d’anciens activistes du Liwa al-Aqsa, a fusionné avec le Hurras al-Din pour devenir le Nusrat al-Islam (Groupe de soutien à l’islam et aux musulmans, du même nom que la coalition islamique au Sahel emmenée par Iyad Ag Ghali – et ce n’est peut-être pas un hasard). Fin novembre, le groupuscule Ansar al-Islam, formé originellement en Irak mais ayant ensuite rejoint la Syrie, est venu renforcer cette coalition. Cette dernière a été fondée pour répondre à l’accord conclu à Sotchi entre Moscou et Ankara pour créer une zone démilitarisée dans la région d’Idlib située au nord-ouest de la Syrie. Cet accord est rejeté par cette coalition, alors que le HTC, mouvement héritier du Front al-Nosra dirigé par Abou Mohammad al-Joulani, reste plus ambigu sur le sujet. Dans les faits, Joulani attend de voir comment la situation va évoluer dans la province d’Idlib où son mouvement occupe actuellement une position prépondérante.

Dans le cadre de la lutte que se livrent les groupes salafistes-djihadistes (HTC, Daech, etc.), Al-Qaïda « canal historique » veut imprimer sa marque en Syrie – comme sur d’autres fronts, au Sahel ou en Afghanistan – afin de se présenter comme la seule option capable de défendre les musulmans. Après plus de trente ans d’existence, l’organisation Al‑Qaïda « canal historique » est toujours présente.

Publié le

Texte

Jean-Pierre Husson

Photos

Photo AAC)

Lire aussi