La province d’Idlib a connu un regain de l’activité militaire depuis le cessez-le-feu du 6 mars dernier.

Après un calme précaire (qui a permis néanmoins à 120 000 personnes de rentrer chez elles) et quelques combats sporadiques signalés dans différents secteurs, la province d’Idlib a connu une nouvelle escalade de violence. Au moins une cinquantaine de combattants ont été tués dans des affrontements entre forces du régime et djihadistes dans cette région qui constitue l’ultime grand bastion des forces rebelles et des milices djihadistes. Selon Rami Abdel Rahmane, directeur de...

La suite est réservée aux abonnés.
Déjà abonné ? Se connecter

Publié le

Texte

Jean-Pierre Husson

Photos

DR

Lire aussi