Un employé du consulat général d’Iran à Istanbul, Mohammad Reza Naserzadeh (43 ans) a été arrêté au début février pour sa participation au complot qui a conduit à l’assassinat de l’opposant iranien Masoud Molavi Vardanjani tué par balles le 14 novembre 2019 vers 22 h 00 dans le quartier de Sisli. Ce denier avait quitté l’Iran en juin 2018. Auparavant, il avait travaillé dans le cyber sécurité pour le ministère de la défense iranien mais il était devenu très critique vis-à-vis du régime.

Trois mois avant d’être tué, il avait posté un message sur un réseau Telegram affirmant qu’il allait fournir des informations sur des responsables politiques, judiciaires et des membres des services de renseignement iraniens corrompus. Le message se terminait par « priez pour qu’ils ne me tuent pas avant ».

Naserzadeh aurait fourni des faux papiers au présumé cerveau de l’assassinat pour qu’il puisse rentrer en Iran. Ce dernier identifié comme Ali Esfanjani serait l’ »ami » qui accompagnait Vardanjani au moment de son assassinat. Il l’aurait connu depuis son arrivée en Turquie mais, en fait, il informait les services de renseignement iraniens sur ses faits et gestes. Le matin de l’assassinat, il se serait rendu au Consulat général d’Iran puis il aurait rencontré le tireur pour discuter des détails de l’opération.

Trois jours, après, il franchissait la frontière iranienne dans la région d’Agri qu’il avait rejoint en bus sans doute avec le soutien du trafiquant de drogues iranien (condamné à mort dans son pays mais y résidant libre aujourd’hui) Naji Sharifi Zindashti. Les onze inculpés (dont le tueur à gages turc Abdulvahap Koçak) dans cette affaire ont donné le nom de deux diplomates en poste au Consulat général d’Istanbul qui auraient supervisé l’opération homo. La cible aurait été prévenue auparavant par les autorités iraniennes de ne pas coopérer avec les services turcs, occidentaux et israéliens.

Voir mon article du 17 décembre  : « IRAN : les services secrets très efficaces dans leur chasse aux opposants« .

 

Publié le

Texte

Alain Rodier

Photos

DR

Lire aussi