Selon une note confidentielle du FBI, la famille Gambino de New York a un nouveau parrain (boss) en la personne de Joseph Lanni alias « le capitaine ». Il succède ainsi à Francesco « Franky Boy » Calì assassiné de dix balles de 9 mm parabellum le 13 mars 2019, vraisemblablement par un déséquilibré. Né en 1971, Lanni est le frère d’un détective privé et sa femme est la fille d’un grand entrepreneur avec plusieurs liens avec New York. Il occupait une position privilégiée depuis des années au sein de la famille Gambino. De plus, le lien entre les deux familles aurait également été étroit en affaires. C’est ainsi que Lanni aurait collaboré avec le beau-frère de Calì, Pietro Inzerillo alias « grand Pete  » pour monter un site de paris en ligne moderne. Il a alors été l’objet d’une enquête, mais comme d’habitude, il n’a pas passé une seule journée en prison.

Selon le FBI, le nouveau patron de la famille Gambino souhaiterait un retour aux sources : renforcer les relations avec Palerme.

Son homme de confiance, Thomas Gambino, le fils de Joseph Gambino (mort naturellement à 83 ans en 2020) était à Palerme en juillet 2019 quand il a été arrêté avec 19 autres suspects lors d’une opération policière italo-américaine baptisée « nouvelle connexion ». Considéré comme le principal collecteur de fonds de la famille tirés de l’exploitation des machines à sous installées dans les bars et clubs de Brooklyn, que venait-il faire à Palerme? Les policiers ont photographié Gambino lors d’une excursion en mer au large de Mondello avec des membres du clan Inzerillo avec lequel la famille entretient des relations historiques. Pour les enquêteurs, s’agissait d’un sommet entre deux organisations mafieuses. Mais faute de preuves suffisantes, Gambino a été relâché au bout d’un mois d’incarcération et a pu rentrer à New York. Sur le fond, la famille Inzerillo s’est réimplantée en Sicile après en avoir été chassée par la direction de Cosa Nostra prise en main par les « Corléonais » contre les « Palermitains ». Or, ces derniers reviennent sur le devant de la scène avec l’aide des familles new-yorkaises dont celle des Gambino. À la fin 2019, le nom de Lorenzo « Lore » Mannino qui était sorti de dix années de prison en 2004 avait été avancé. Nul ne sait si tout cela va se terminer par une guerre interne ou si des négociations vont redistribuer les cartes.

Les cinq familles de New York qui forment le cœur de « La Cosa Nostra », la cousine de l’organisation « Cosa Nostra » sicilienne, sont les Gambino, les Bonanno, les Colombo, les Genovese, les Lucchese (du nom de leurs créateurs). Elles dominent toujours le crime mafieux américain fort de 20 antres clans.

Plus généralement, toutes les organisations criminelles transnationales (OCT) savent exploiter les évènements à leur profit. Les observateurs craignent qu’elles n’utilisent la crise du coronavirus pour mettre en avant leurs intérêts ayant depuis longtemps investi dans le domaine de la santé (établissements de santé mais aussi l’industrie pharmaceutique) et des pompes funèbres, particulièrement en Italie. Il n’y a pas de raison qu’il en soit autrement aux États-Unis en général et à New York en particulier. Leur puissance financière va aussi leur permettre de jouer un rôle dans la renaissance de l’économie qui suivra la crise.

Publié le

Texte

Alain RODIER

Photos

DR

Lire aussi