Les Houthis revendiquent une importante attaque terrestre.

Le 28 septembre, le général Yahya Saree, le porte-parole des rebelles yéménites houthis, a affirmé que les opérations Martyr Abou Abdullah Haidar et Victoire de Dieu, menées au sud-ouest de l’Arabie Saoudite dans la région de Najran, avaient été un plein succès. Il semble effectivement que les forces houthistes aient infligé des pertes sévères à des unités saoudiennes déployées dans la région, faisant de nombreux prisonniers dont des membres de la garde nationale saoudienne (cependant, nombre de prisonniers présentés semblent être des civils, miliciens). Ces opérations interviennent quelques jours après la proposition de cessez-le-feu uni-latéral lancée par les houthis qui, visiblement, veulent négocier en position de force.

Riyad est de plus en plus fragilisé, ne parvenant pas à sécuriser ses installations pétrolières des frappes de drones et missiles adverses, qu’elles viennent du Yémen ou d’ailleurs (Irak ou/et Iran).

De plus, un malaise profond semble s’étendre au plus haut niveau du royaume. Ainsi, le principal garde du corps du roi Salmane, le major général Abdel Aziz al-Fagham, a été tué à Jeddah au cours de ce qui a été présenté comme une querelle personnelle. Son assassin, un certain Mamdouh al-Ali, a été ensuite neutralisé par les forces de police. La rumeur court qu’Al-Fagham venait juste d’être écarté de son poste…

Il reste à savoir si Mohamed ben Salmane, le prince héritier, parviendra à juguler cette crise, et s’il n’est pas lui-même en danger, malgré le soutien affiché de Washington.

Publié le

Texte

Alain Rodier

Photos

DR

Lire aussi