Dans une longue interview diffusée par la chaîne de télévision Al-Manar, le chef du Hezbollah libanais, Hassan Nasrallah, a déclaré avoir réduit le nombre des combattants de son mouvement en Syrie, engagés aux côtés de l’armée arabe syrienne depuis 2013, tout en affirmant que ses troupes occupaient toujours le terrain au côté de son allié.
« Nous sommes présents dans toutes les zones où nous l’étions par le passé. Nous sommes toujours là, mais nous n’avons plus besoin d’être aussi nombreux s’il n’y a plus de besoin réel », a-t-il précisé. Hassan Nasrallah a, en outre, affirmé que le Hezbollah n’était pas impliqué dans les combats qui ravagent la province d’Idlib, dans le nord-ouest du pays. Soutenu par la Russie mais aussi par l’Iran et le Hezbollah libanais, le régime syrien a multiplié les victoires face aux rebelles et aux djihadistes ces deux dernières années, jusqu’à reprendre le contrôle de près des deux tiers du pays.

Publié le

Texte

Jean-Pierre Husson

Photos

DR

Lire aussi