Le massif du Chouf, au sud-est de Beyrouth, terre de la communauté druze libanaise, a été le théâtre d’affrontements à l’arme automatique entre factions rivales, qui ont fait au moins deux morts et trois blessés. La fusillade a opposé des militants du Parti socialiste progressiste (PSP) de Walid Joumblatt, zaïm (leader) vieillissant du Chouf et farouche opposant au régime syrien, à des membres du Parti démocratique libanais (PDL) de Talal Arslane, son concurrent sur la scène druze, qui soutient Damas. Les violences ont éclaté lorsque le convoi du ministre des Affaires des réfugiés, Saleh Gharib, proche du Hezbollah et du régime syrien, a été attaqué à l’arme automatique par des partisans de Walid Joumblat dans la région d’Aley,
acquise au PSP.

Pour éviter d’autres violences, l’armée libanaise s’est déployée en masse dans le Chouf. Et le président de la République, Michel Aoun, a convoqué en urgence le Conseil supérieur de Défense. Cet incident est le troisième du genre depuis mai 2018.

Publié le

Texte

Jean-Pierre Husson

Photos

DR

Lire aussi