Les hélicoptères de transport CH-47D déployés au Mali resteront sur place pour au moins six mois supplémentaires.

Lors de sa récente visite au quartier général des forces armées britanniques de Northwood, à proximité de la banlieue londonienne, la secrétaire à la Défense Penny Mordaunt a confirmé que les hélicoptères de transport lourd CH-47D déployés au Mali par la Royal Air Force (RAF) pour des missions de soutien à la force Barkhane rempileront pour un minimum de six mois supplémentaires.

« Il est nécessaire que nous étendions notre engagement au sein de l’opération de lutte contre le terrorisme au Mali, au Burkina Faso et au Niger », a déclaré à ce propos Penny Mordaunt. « En fournissant un soutien essentiel à nos partenaires français, nos forces armées contribuent à renforcer la stabilité et à empêcher les terroristes de planifier des attaques », a-t-elle précisé. Les trois hélicoptères Chinook de la RAF proviennent de la base aérienne d’Odiham (Hampshire), qui abrite trois escadrons numérotés 7, 18 et 27, tous sur Chinook (la base d’Odiham est également le QG du Joint Special Forces Aviation Wing). Accompagnés d’une centaine de militaires britanniques, ces trois hélicoptères sont déployés depuis juillet 2018 à Gao, où ils fournissent un soutien précieux en matière de transport et de projection aux forces françaises soucieuses de limiter le recours aux convois terrestres afin de s’affranchir des menaces asymétriques (embuscades, IED, etc.). Les Chinook britanniques sont intégrés au groupement tactique désert-aérocombat (GTD-A), constitué actuellement par le 3e régiment d’hélicoptères de combat d’Étain.

L’avenir de ce déploiement étant devenu incertain, la ministre des Armées Florence Parly a multiplié les démarches, depuis février dernier, en vue d’un maintien du contingent britannique ou de l’intégration d’autres pays alliés en cas de retrait de celui-ci. Le Danemark a déjà annoncé son intention de déployer deux hélicoptères AW101 Merlin Mk 512 à partir de fin décembre prochain et pour une durée d’un an. L’Espagne pourrait également venir renforcer les capacités de transport aérien dans la bande sahélo-saharienne

Publié le

Texte

Jean-Pierre Husson

Photos

UK MoD

Lire aussi