La riposte d’Ankara après l’assassinat de son vice-consul, tué dans une fusillade en juillet dernier à Erbil, la capitale du Kurdistan irakien, ne s’est pas fait attendre. Même si cet attentat n’a pas été revendiqué, Ankara a décidé, en réponse, de lancer une opération aérienne qui a visé son ennemi juré : le PKK.

Le ministre turc de la Défense a qualifié cette opération aérienne comme étant « la plus étendue » lancée contre des bases arrière du Hêzên Parastina Gel (HPG), les Forces de défense du peuple (bras armé du PKK), qui sont situées dans la région montagneuse de Qandil, dans le nord de l’Irak.

Quoi qu’il en soit, ce raid aérien, dont on ignore le bilan, s’inscrit dans la vaste campagne en cours depuis mai dernier sur le sol de la région autonome du Kurdistan irakien

Publié le

Texte

Jean-Pierre Husson

Photos

DR

Lire aussi