Fin avril, la force Barkhane a perdu ses deux derniers Puma. Ce type d’appareil, qui était majoritaire au début de l’opération Serval, en janvier 2013, est resté longtemps le premier type d’hélicoptère de manœuvre (HM), du fait de la lente montée en puissance du Caïman (désormais cinq exemplaires au Sahel) et de la rénovation du Cougar, qui aura pris deux fois plus de temps que prévu.

Le retour du Puma permet de limiter le nombre de types d’hélicoptères engagés au Sahel, et donc de rationaliser la chaîne logistique, et les qualifications des maintenanciers et des équipages. Il ne règle évidemment pas le problème éternel des carences en voilures tournantes. Barkhane détient moins de 10 HM, la moitié est mobilisée par des astreintes d’évacuation médicale.

Publié le

Texte

Jean-Marc Tanguy

Photos

Jean-Marc Tanguy

Lire aussi