Désormais sur les rails pour intégrer le Commandement des opérations spéciales (voir RAIDS n° 393), le CPA 30 va manifestement évoluer. L’unité conservera ses sept groupes action à 13 hommes, dont deux avec capacité chuteurs opérationnels. Ces groupes resteront utilisables pour la Resco (que le COS ne souhaite pas prendre en compte comme une mission spéciale) et pour les équipes de ciblage conventionnel, au sein des bataillons de l’Armée de terre, qui manque de capacités dans ce domaine essentiel. En outre, le CPA 30 ajoutera des compétences propres aux besoins des forces spéciales Air : nucléaire, radiologique, bactériologique et chimique (NRBC), exploitation des futurs drones MAME (moyenne altitude, moyenne endurance), commandement et contrôle, cyberdéfense, mortier d’infanterie de 81 mm (les CPA 10 et 30 disposent déjà du mortier commando de 60 mm, dont la dernière génération porte à 5 km, soit quasiment autant qu’un 81 mm, avec moins de charge néanmoins). La date de la capacité opérationnelle initiale n’est pas connue. Il a fallu, par exemple, pratiquement trois ans à l’escadron d’hélicoptères 1/67 « Pyrénées » pour l’obtenir, un temps compréhensible par le fait que ces unités restent engagées en opérations pendant leur progression vers le COS. Les stages de spécialisation sont donc à ajouter à cette activité

Le CPA 40 recréé

L’Armée de l’air va recréer le commando parachutiste de l’air (CPA) n° 40, afin de prendre en compte la croissance du CPA 20 (à plus de 400 hommes et femmes), et l’exiguïté de sa base actuelle, dans l’ancien quartier du 1er régiment étranger de cavalerie (REC). Le CPA 40 avait été dissous à la création d’un CPA 10 orienté sur les opérations spéciales, en 1994, qui avait remplacé l’escadron d’intervention des commandos de l’air (EICA), regroupant CPA 10 et CPA 40.

Le CPA 40 devrait rassembler autant de commandos parachutistes de l’Air que le CPA 20 (soit 200), être spécialisé lui aussi dans la force protection, et il sera basé sans doute dans le sud-ouest de la France.

Publié le

Texte

Jean-Marc Tanguy

Photos

DR

Lire aussi