Depuis 1947, l’Inde et le Pakistan se disputent le Cachemire, où les incidents sont fréquents. Les derniers en date risquent, cette fois, de mettre le feu aux poudres.

Le 14 février dernier, l’armée indienne a été durement éprouvée avec la perte d’une quarantaine d’hommes appartenant à la Central Reserve Police Force (CRPF) lors d’une attaque commise avec un véhicule rempli d’explosifs contre un convoi circulant sur l’autoroute reliant la ville de Jammu à Srinagar. Cet attentat a été revendiqué par le groupe islamiste Jaish-e-Mohammed (JeM), dont le chef, Masood Azhar, vit en toute tranquillité au Pakistan.

Le lendemain, le Premier ministre indien, Narendra Modi, a assuré que les responsables de ce carnage auront à en « payer le lourd prix ». Deux jours plus tard, l’armée indienne a indiqué avoir tué deux membres du JeM, lors d’un assaut nocturne lancé dans le district de Pulwama (État de Jammu-et-Cachemire), tout près du lieu de l’attentat. Mais la véritable réponse de New Delhi à l’attaque meurtrière du 14 février est arrivée douze jours après, avec une frappe aérienne réalisée, semble-t-il, par une dizaine de Mirage 2000, probablement modernisés au standard Mirage 2000 I/IT, de l’Indian Air Force (IAF), qui ont ciblé avec des bombes guidées de 1 000 kg un camp d’entraînement du JeM situé à Balakot, dans le secteur de Muzaffarabad. Selon les autorités indiennes, ce raid aérien était « préventif » puisqu’il aurait été lancé afin de « neutraliser une action agressive imminente ». Quoi qu’il en soit, cette frappe aérienne, dont on ignore encore le bilan, est la première réalisée par l’IAF en territoire pakistanais depuis la fin de la guerre de 1971. En réponse à l’attaque indienne, les autorités d’Islamabad ont fait décoller leurs avions de chasse F-16, mais on ne connaît pas avec précision l’issue des interceptions ou des duels aériens qui ont opposé pilotes pakistanais et pilotes indiens. L’armée pakistanaise affirme avoir abattu deux avions indiens, Hawk et/ou MiG-21, dans l’espace aérien pakistanais, et arrêté les deux pilotes. De son côté, New Delhi, qui a fait état de la perte d’un hélicoptère Mi-17 dans le district de Budgam, causant la mort de deux membres de son équipage, a annoncé avoir abattu un F-16 pakistanais au-dessus du Jammu-et-Cachemire. Selon l’agence Press Trust of India, l’intrusion des appareils pakistanais se serait produite dans les secteurs de Poonch et Nowshera. Cela dit, Islamabad, qui a accusé New Delhi d’avoir violé la Line of Control (LoC) qui sépare le Cachemire en deux entités, a affirmé que le Pakistan se réservait le droit de répondre à « l’agression indienne de façon appropriée ».

Publié le

Texte

Jean-Pierre Husson

Photos

Pakistan Musallah Afwaj

Lire aussi