Le 23 mars Au petit matin, l’armée tchadienne a connu un très important revers sur la presqu’île de Boma dans la région du Lac Tchad. 92 militaires ont été tués et 47 autres blessés (le bilan pourrait s’alourdir dans les jours qui viennent). 24 véhicules dont des blindés ont été détruits. De nombreux matériels ont été saisis par les rebelles qui les ont emporté à bord de cinq embarcations. Les renforts envoyés sur place sont tombés dans des embuscades meurtrières. Idriss Déby Itno, le président tchadien s’est rendu sur les lieux pour « s’incliner » à la mémoire des soldats tués au combat.

Si l’opération a été attribuée à Boko Haram toujours commandé par Abubakar Shekau, il est plus probable que, étant donné l’étendue des moyens des agresseurs et les revendications faites, ce ne soit la « Wilayat de l’État islamique en Afrique de l’Ouest » (Wilayat Gharb Ifriqiyya – ISWAP-) d’ Abou Abdullah al-Barnawi qui a fait allégeance à Daech qui ne soit à l’origine de l’affaire. À noter que l’ISWAP aurait « absorbé » l’Etat Islamique au Grand Sahara (EIGS) très actif dans les région des trois frontière (Mali-Niger-Burkina Faso).

Le même jour, l’ISWAP a tendu une embuscade à un convoi de l’armée nigériane dans la région de Konduga [État du Borno, nord-est du pays]. Le bilan est lourd, 70 militaires ayant été tués.

Publié le

Texte

Alain RODIER

Photos

DR

Lire aussi