Un des industriels français qui a concouru fin juin au défi Prodef (pour protection défense) organisé par l’Armée de l’air et l’Agence de l’innovation de défense n’a pas obtenu de prix, mais peut-être bien plus : il pourrait se déployer au Levant afin de faire tester son innovation, qui détecte imparablement les masses métalliques dans un flux continu de personnes. 

Ce type de système s’avère très adapté à des flux
de réfugiés, qu’il n’est pas toujours possible de diplomatiquement tous fouiller. 

Il s’avère aussi plus rapide et ne génère pas de fausses détections, contrairement aux barrières métalliques des aéroports.

Publié le

Texte

Jean-Marc TANGUY

Lire aussi