Remplacement du chef opérationnel des milices de mobilisation populaire irakiennes, soutenues par l'Iran.

Le 3 janvier, le major général Qassem Soleimani était neutralisé par une frappe US à l’aéroport de Bagdad. On a ensuite beaucoup parlé de son remplaçant désigné le jour même, le brigadier général Esmaïl Ghaani, son adjoint depuis le début au sein de la force Al-Qods, le « service Action » des pasdarans. Il a moins été question de la deuxième personnalité tuée lors de la même action : Abou Mehdi al- Mouhandis, le chef opérationnel des Unités de mobilisation...

La suite est réservée aux abonnés.
Déjà abonné ? Se connecter

Publié le

Texte

Jean-Pierre HUSSON

Photos

DR

Lire aussi