Face aux kamikazes et aux attaques complexes, les armées, la gendarmerie, l’État et les entreprises mettent le paquet. Technologies et unités devraient être mobilisées en 2019 par la tenue d’un G7 à Biarritz. Revue d’effectifs et de moyens, en France et en opérations extérieures.

Deux éléments ont permis d’éviter un drame lors de l’attaque de l’ambassade de France à Ouagadougou, le 2 mars 2018. Tout d’abord, la présence d’opérateurs du COS dans le site, lesquels ont contribué à repousser les agresseurs, particulièrement motivés pour envahir l’ambassade et filmer l’exécution du personnel. Deuxième facteur expliquant l’échec, les effets du programme de remise à niveau de la sûreté des enceintes diplomatiques françaises, lancé après...

La suite est réservée aux abonnés.
Déjà abonné ? Se connecter

Publié le

Texte

Jean-Marc TANGUY

Photos

Jean-Marc TANGUY

Lire aussi