Après une année 2019 très remplie, qui aura vu l’usine produire plus de 1 350 véhicules dont 1 200 VT4 au bénéfice de l’armée de Terre, ARQUUS Saint-Nazaire a récemment annoncé avoir atteint le cap des 500 Bastion produits. Cette réussite industrielle, qui est celle du Bastion, est aussi celle du VLRA, véhicule historique et révolutionnaire. Cette performance vient consacrer la place centrale du Bastion, notamment en Afrique, où il constitue dans ses différentes versions la colonne vertébrale de nombreuses armées. Au service de ses partenaires, ARQUUS continue à faire évoluer le Bastion, en le proposant en 2020 dans une nouvelle version, remotorisée à 270 chevaux.

Il s’agit là d’un cap important pour l’usine ARQUUS de Saint-Nazaire, qui a construit son histoire sur le légendaire VLRA (Véhicule Léger de Reconnaissance et d’Appui), et qui continue à la construire aujourd’hui, avec le nouveau VLRA et avec le Bastion.

Déjà présent dans de nombreuses armées africaines, où il est renommé pour sa simplicité d’emploi et d’entretien, ainsi que pour sa grande polyvalence, le Bastion a récemment été choisi par le G5 Sahel pour équiper certaines de ses armées membres, dans le cadre de la lutte contre les groupes armés terroristes. Avec ces dernières commandes, le Bastion dépasse le seuil des 500 exemplaires en service dans le monde, et s’affirme comme le véhicule blindé de référence des théâtres africains.

Dans le cadre de l’évolution de la gamme actuelle d’ARQUUS, le Bastion est proposé depuis le 1er janvier 2020 dans une version remotorisée, avec un moteur quatre cylindres développant 270 chevaux. Cet accroissement de la puissance du Bastion lui offre des capacités inédites en termes de vitesse et de franchissement, renforçant ses capacités sur tous les théâtres d’opérations. Cette nouvelle version vient s’ajouter à la version classique motorisée en 180 chevaux. Elle illustre la capacité d’ARQUUS à faire évoluer ses véhicules, en fonction des besoins des utilisateurs et des retours d’expérience du terrain.

Publié le

Texte

Jérome Ducléchin

Photos

Arquus

Lire aussi