De nouveaux affrontements ont opposé, cet automne, les forces de sécurité gouvernementales indiennes aux combattants maoïstes de la People’s Liberation Guerilla Army (PLGA), bras armé du Parti communiste indien (PCI). Les accrochages les plus meurtriers ont fait au total près d’une vingtaine de morts parmi les guérilleros – mais on ignore si les forces gouvernementales ont enregistré des pertes, les autorités n’ayant fait aucune déclaration à ce propos. Les premiers accrochages ont eu lieu dans l’État du Chhattisgarh, dans les districts de Dantewada et de Bijapur, au cours d’une série d’opérations antiguérilla faisant au moins six morts parmi les rebelles maoïstes. Un autre affrontement sanglant a eu pour théâtre le district de Visakhapatnam, région frontalière entre l’Andhra et l’Odisha, opposant des policiers d’une unité spéciale des Greyhounds à un groupe armé rebelle, dont cinq éléments ont été tués (trois hommes et deux femmes, dont une cadre du comité régional du PCI). Les derniers affrontements en date ont eu lieu également au Chhattisgarh, dans les districts de Kabirdham et de Dantewada, où les forces de sécurité locales ont abattu au moins trois guérilleros, dont une maoïste connue sous le nom de Jugni.

Publié le

Texte

Jean-Pierre HUSSON, Alain RODIER

Photos

Hindustan Times

Lire aussi