LA CRÉATION DE LA BRIGADE MOTORISÉE MARQUE UN CHANGEMENT DOCTRINAL AU SEIN DE L’ARMÉE BELGE

Une évolution nécessaire face à l’évolution des menaces : telle est en substance la raison de la création de la nouvelle Brigade motorisée belge, qui vient de naître par transformation de la Brigade médiane. Le colonel Jean-Louis Crucifix, commandant de la nouvelle Brigade motorisée, a expliqué que la décision de créer cette nouvelle unité a été prise pour que la Composante terre puisse s’aligner sur la doctrine des principaux partenaires de la Belgique, et pour faire face à l’évolution du contexte, à la fois aux frontières de l’OTAN et, plus loin, dans le cadre des opérations extérieures. « Pour synchroniser les effets des unités de combat, des unités d’appui au combat et d’autres services », a précisé, de son côté, le CEMAT belge, le général Marc Thys, qui a tenu à souligner que cela ne change rien pour les unités et que leurs missions demeurent les mêmes. Comme prévu dans la Vision stratégique, la Brigade médiane devient donc Brigade motorisée en intégrant de nombreuses unités qui, jusqu’à présent, dépendaient directement de l’état-major de la Composante terre.

Forte de 6 500 militaires, la nouvelle Brigade motorisée passe ainsi de cinq bataillons (ceux de la précédente Brigade médiane) à 15 unités au total. Ainsi, au bataillon 12de Ligne Prince Léopold-13e de Ligne (Spa), au bataillon de carabiniers Prince Baudouin-Grenadiers (Bourg-Léopold), au bataillon Libération-5e de Ligne (Bourg-Léopold), au bataillon de chasseurs ardennais (Marche-en-Famenne) et au 1/3 bataillon de lanciers (Marche-en-Famenne), qui constituent désormais les unités de combat de la Brigade motorisée, viennent s’ajouter, en effet, les unités suivantes : un bataillon ISTAR, en l’occurrence le bataillon de chasseurs à cheval (Heverlee), le bataillon d’artillerie (Brasschaat), le 4 bataillon de génie (Amay) et le 11 bataillon de génie (Burcht), qui constituent les quatre unités de support au combat ; les 4 et 10 Groupes systèmes de communication et d’information (Marche-en-Famenne et Bourg-Léopold), et les 4e et 18e bataillons logistiques (Marche-en-Famenne et Bourg-Léopold), qui constituent les quatre unités d’appui. Dans une deuxième phase, la nouvelle brigade comptera les camps de Marche et de Beverlo. Le QG de la Brigade motorisée est situé sur deux emplacements, respectant ainsi l’équilibre linguistique du pays : un QG à Leopoldsburg/Bourg-Léopold (Flandre) et un autre à Marche-en-Famenne (Wallonie). Ce dernier abritera également le commandant de la Brigade motorisée, dont les unités seront équipées pour partie des nouveaux blindés Griffon et Jaguar développés dans le cadre d’un partenariat stratégique avec la France (programme CaMo pour capacité motorisée).

Publié le

Texte

Jean Pierre Husson

Photos

Composante terre

Lire aussi