Les sénateurs Christine Prunaud et Jean-Marie Bockel ont évoqué, mi-juin, la fragilité du Service de santé des armées (SSA), largement mobilisé par la crise du Covid-19. Il manque plus de 100 médecins (15 postes d’élèves doivent être créés par an), ce qui rend d’autant plus incontournables les 3 000 réservistes sans lesquels le système exploserait. Le taux de projection s’élève à 200 % pour les équipes chirurgicales (deux opex de trois mois au lieu d’une dans un...

La suite est réservée aux abonnés.
Déjà abonné ? Se connecter

Publié le

Texte

Jean-Marc TANGUY

Photos

DR

Lire aussi