C’est la traduction de la volonté de l’Union européenne (UE) de voir le retour de l’État dans les zones contestées du Sahel : des gendarmes français vont rejoindre le Mali comme mentors. Une vingtaine d’entre eux ont commencé à se former en juin à Saint-Astier puis à Beynes. Ils sont issus des gendarmeries mobiles ou départementales. Deux mandats de six mois vont se dérouler à partir du mois de septembre, dans le centre du Mali. Manifestement, la France souhaite...

La suite est réservée aux abonnés.
Déjà abonné ? Se connecter

Publié le

Texte

Jean-Marc TANGUY

Photos

DR

Lire aussi