Que ce soit en Géorgie, en Ukraine ou en Syrie, Moscou applique la stratégie dite du poing d’acier.

 

Vladimir Poutine sera vraisemblablement réélu président de la Fédération de Russie, en mars prochain.

Tous les instituts de sondage lui attribuent un taux de popularité qui frise les 80 %. L’électeur russe perçoit son président de deux façons : il est celui qui a stabilisé un pays qui allait à la dérive après l’effondrement du pouvoir soviétique et il est le chef de l’État qui a redonné à la Russie un statut de grande...

La suite est réservée aux abonnés.
Déjà abonné ? Se connecter

Publié le

Texte

Jean LE CUDENNEC

Photos

Lire aussi