Les autorités de Bamako ont annoncé l’envoi de renforts dans les régions de Tombouctou et de Taoudéni.

Après sa visite à Tombouctou, le Premier ministre malien, Soumeylou Boubeye Maïga, a annoncé une série de mesures pour renforcer la sécurité dans cette région et dans celle de Taoudéni afin de répondre aux inquiétudes exprimées par la population face à la montée de l’insécurité.

Environ 350 éléments supplémentaires de la police, de la gendarmerie et de la garde nationale seront déployés à Tombouctou et dans sa région. Des mesures identiques doivent être prises pour la région de Taoudéni (qui dépendait autrefois de celle de Tombouctou, mais constitue désormais une entité à part entière). Les autorités maliennes entendent y renforcer les moyens logistiques des forces de sécurité et y créer un corps de gardes-frontières (Taoudéni devrait devenir une région militaire).

La situation est également préoccupante dans le centre du pays où, à la menace des groupes djihadistes, vient s’ajouter une multiplication des affrontements intercommunautaires. Régulièrement des groupes d’autodéfense de cultivateurs dogons et des milices de chasseurs traditionnels dozos s’opposent aux éleveurs peuls. Depuis le déploiement de la mission onusienne au Mali (MINUSMA), ces affrontements auraient causé la mort de près de 300 civils et l’enlèvement d’une centaine de personnes. La situation sécuritaire dans la région de Ménaka est tout aussi inquiétante : dans la nuit du 11 au 12 décembre dernier, des éléments armés non mieux identifiés ont fait irruption, en moto, dans plusieurs localités de cette région. Au moins une quarantaine de Touaregs de la communauté idaksahak auraient été tués par les assaillants.

Quant au programme DDR (Désarmement, Démobilisation et Réinsertion) lancé récemment par Bamako, il reste beaucoup à faire puisque, jusqu’à présent, moins de 2 000 combattants ont volontairement déposé les armes (notamment à Tombouctou, Gao et Kidal), sur les 34 000 combattants qui seraient concernés par ce programme.

Publié le

Texte

Jean-Pierre Husson

Photos

EMA

Lire aussi