Au cours des dernières semaines, les forces de sécurité indiennes ont mené une série d’opérations contre la guérilla maoïste.

Depuis novembre dernier, plusieurs opérations ponctuelles des forces gouvernementales ont conduit à la neutralisation et/ou à l’emprisonnement de nombreux combattants de la rébellion naxalite, composée de plusieurs groupes révolutionnaires de tendance maoïste actifs dans une douzaine d’États de l’Inde. Ainsi, fin 2018, une unité de la Central Reserve Police Force (CRPF) et des éléments de la police locale ont monté une embuscade près du village de Tarrem, dans le district de Bijapur (Chhattisgarh), contre une trentaine de guérilleros maoïstes qui s’apprêtaient à commettre une action de sabotage. Cette opération s’est soldée par la mort d’un combattant naxalite, l’arrestation de plusieurs autres et la saisie de 25 IED. Peu avant, deux membres d’une brigade maoïste impliqués dans plusieurs attentats avaient été arrêtés à Kaliveru (Telangana) par les hommes de la CRPF lors d’un contrôle routier ; alors qu’une militante maoïste avait été abattue et plusieurs autres guérilleros blessés ou capturés à la suite d’une autre embuscade à proximité du village de Burdhapara, dans le district de Sukma (Chhattisgarh), embuscade montée cette fois par une unité conjointe de la Special Task Force (STF) et de la District Reserve Guard.

La guérilla maoïste avait subi un autre revers important quelques semaines auparavant, le 5 novembre dernier, au cours d’un violent accrochage dans une zone forestière du district de Malkangiri (Odisha). Au moins cinq guérilleros maoïstes, dont deux femmes, auraient été tués, et plusieurs autres blessés, au cours d’une opération ponctuelle menée par les commandos du Special Operations Group (SOG) qui, à l’issue des combats, ont saisi plusieurs armes, des munitions et des explosifs.

Publié le

Texte

Jean-Pierre Husson

Photos

India News

Lire aussi