Troupes d’élite plus que forces d’opérations spéciales suivant la définition OTAN, les dizaines de milliers d’hommes et femmes relevant du corps d’armée dit « de forces spéciales » (voir RAIDS n° 379) ne constituent pas la seule composante offensive de l’Armée populaire de Corée (APC). Pyongyang dispose, en effet, de plusieurs autres unités à vocation spéciale, qui sont rattachées organiquement au Bureau général de reconnaissance ou qui opèrent directement à son profit, comme l’Unité 525 dont nous avons évoqué l’existence, le mois dernier, dans ces mêmes colonnes.

Les dernières informations disponibles concernant le Bureau général de reconnaissance (BGR), dont le QG est situé à Pyongyang, indiquent que cette structure serait placée, depuis 2009-2010, sous le contrôle direct de la Commission des affaires de l’Etat (CAE), organisme présidé par Kim Jong-un, créé le 29 juin 2016, qui remplace depuis cette date le Comité de la défense nationale (CDN), centre du pouvoir exécutif en Corée du Nord. Précédemment, le BGR était chapeauté...

La suite est réservée aux abonnés.
Déjà abonné ? Se connecter

Publié le

Texte

Jean-Pascal HÉRAULT

Photos

KCNA, Defense Media Agency et US DoD

Lire aussi