Moscou a déclaré que « les essais en mer du sous-marin nucléaire spécial K-329 Belgorod (Projet 09852) porteur de véhicules sous-marins sans pilote Poséidon, commenceront en 2021. »
Après le Typhoon, le K-329 Belgorod est le sous-marin le plus imposant au monde (qualifié par les Russes de « cuirassé »). Il mesure 184 mètres de long et déplace de 14.700 à 17.000 tonnes en surface et de 24.000 à 30.000 tonnes en plongée. Armé par 110 sous-mariniers, il pourrait atteindre une profondeur de 500 à 520 mètres. Il est équipé de deux réacteurs OK-650M.02 qui lui assurent une puissance totale de 190 MW. Sa vitesse maximale en surface serait de 32 nœuds.

C’est à la fois un navire espion et le vaisseau mère pour le mini sous-marin Losharik (AS-12 et AS-31) à propulsion nucléaire destiné à plonger à de grandes profondeurs. Ce dernier qui a été mis en service en 2003 peut intervenir sur les câbles sous-marins reliant les différents continents. Le 1er juillet 2019, un incendie à bord a tué 14 marins en mer de Barents.

Le Belgorod est armé du système océanique polyvalent Status-6 Poseidon. Ce serait une arme sous-marine à conduite autonome à propulsion nucléaire dont la tête serait dotée d’une une ogive thermonucléaire dont la puissance pourraient aller de 2 à 100 mégatonnes.

Le Belgorod serait détaché pour action auprès du service de renseignement militaire GRU. Lancé le 23 avril 2019, il devait être opérationnel à la fin 2020 mais il semble que le programme a pris du retard.

Parallèlement, les autorités russes affirment que « l’infrastructure au sol à la base des sous-marins nucléaires spéciaux, porteurs de sous-marins sans pilote à propulsion nucléaire Poséidon, sera achevée d’ici l’été 2022 ». La localisation de cette base est pour l’instant tenue secrète mais il pourrait s’agir de Olenya Bay sur la côte de la mer de Barents situé à une centaine de kilomètres de la frontière norvégienne. Elle accueille déjà le Directotat principal pour la recherche en eaux profondes surnommé GUGI.

1. Voir mon article du 15 juin 2020 : « la modernisation de la flotte sous-marine russe se poursuit ».

Publié le

Texte

Alain Rodier

Photos

DR

Lire aussi