Pour la première fois, la France lance une initiative majeure dans les forces spéciales, hors du cadre de l’OTAN, de l’ONU ou de l’UE. Qui est prêt à suivre, qui temporise ? Revue d’effectifs de ce qui apparaît déjà comme un succès de mobilisation, avant une victoire espérée sur le terrain, en bande sahélo-saharienne (BSS), où la situation se dégrade très rapidement.

La création d’une future unité nommée Takuba (sabre en tamachek) a été dévoilée par Florence Parly en juin 2019 à Pau, lors d’une visite aux forces spéciales (FS). L’idée est venue de l’état-major du Commandement des opérations spéciales (COS), alors commandé par le vice-amiral Laurent Isnard, avec une poignée de spécialistes. Une idée simple : réactiver au Sahel le concept des OMLT (Operational Mentoring and Liaison Team), qui a plutôt bien fonctionné en...

La suite est réservée aux abonnés.
Déjà abonné ? Se connecter

Publié le

Texte

Jean-Marc TANGUY

Photos

Jean-Marc TANGUY

Lire aussi