Suite du bilan des opérations françaises au Sahel, et de notre reportage, cette fois avec les experts en lutte anti-IED.

L’événement du semestre est, évidemment, la mort du chef d’Al-Qaïda au Maghreb islamique (AQMI). Certes, on peut toujours contester son influence réelle, mais, dans tous les cas, Abdelmalek Droukdel était un vétéran du djihad au Sahel, donc un symbole majeur. Son élimination est un signal envoyé aux groupes armés terroristes (GAT) qui combattent encore et toujours, sur le registre : pas d’impunité, c’est juste une question de temps.  Ce troisième adjoint d’Al-Qaïda...

La suite est réservée aux abonnés.
Déjà abonné ? Se connecter

Publié le

Texte

Jean-Marc TANGUY

Photos

DR

Lire aussi