Eléments de reconnaissance avancée, les éclaireurs-patrouilleurs (ou Patrol Pathfinders) sont les premiers yeux de l’armée en terrain hostile. Méconnus, y compris au sein des Forces armées canadiennes (FAC), ces soldats hautement spécialisés ne sont pas regroupés en unité autonome, mais dispersés au sein des formations régulières de l’armée de terre, ce qui contribue non seulement à leur déficit de notoriété, mais aussi à leur sous-emploi. Pourtant, leurs performances lors des exercices révèlent une expertise hors normes, fruit d’une instruction considérée comme la plus dure de toute l’armée canadienne. Après cinq ans de sommeil, le cycle de formation des éclaireurs-patrouilleurs a été réactivé en 2011.

Les unités de Pathfinders remontent à la Seconde Guerre mondiale ; c’étaient, à l’origine, des parachutistes dont la mission principale était le marquage des zones de largage (ou DZ). Leurs compétences se sont élargies à toutes les missions de reconnaissance au cours des années qui suivirent. 

Dans l’armée canadienne, la capacité d’éclaireur-patrouilleur (EP) était l’apanage du régiment aéroporté, jusqu’à...

La suite est réservée aux abonnés.
Déjà abonné ? Se connecter

Publié le

Texte

Michel VIAL

Photos

Combat Camera