Le colonel Christophe de la Chapelle est un pur produit du 2e régiment étranger de parachutistes(2e REP). Après avoir commandé la 2e compagnie, il en est chef de corps depuis deux ans. Il a déjà servi à Barkhane, au sein du poste de commandement interarmées de théâtre (PCIAT) de N’Djamena. Après trois mois en Côte d’Ivoire, il a passé deux mois intenses au Niger, dans la zone des trois frontières, mandat qu’il décrit pour les lecteurs de RAIDS. Il rend le régiment cet été, avant de rejoindre l’état-major des armées.

Avec quels moyens êtes-vous partis de Calvi, pour un mandat en Côte d’Ivoire, à l’origine de quatre mois ?

– Nous sommes partis le 24 octobre de la base de Solenzara, d’où nous avons la chance de faire nos projections. Mon GTIA [groupement tactique interarmes] comprenait 350 légionnaires avec un renfort de la 11e BP [brigade parachutiste], une composante du 17e RGP [régiment de génie parachutiste], du 35e RAP [régiment d’artillerie parachutiste] et...

La suite est réservée aux abonnés.
Déjà abonné ? Se connecter

Publié le

Texte

Jean-Marc TANGUY

Photos

Jean-Marc TANGUY, DR

Lire aussi