Il y a environ dix ans, en janvier 2010, alors que Budapest prenait la présidence de l’Union européenne (UE), les responsables de la défense réfléchissaient au futur de l’armée hongroise. À l’aune des restrictions budgétaires, des révisions draconiennes se sont imposées pour que les forces armées puissent conserver une certaine dimension opérationnelle.

En 2013, la Hongrie dut faire face à une crise économique. Pour boucler son budget, Budapest eut recours alors à un prêt de 15 milliards d’euros du Fonds monétaire international (FMI) et de l’Union européenne, accordé en contrepartie de mesures d’économies. Entre-temps, l’armée hongroise avait procédé à la vente de matériel militaire. Elle s’était aussi séparée d’engins hérités de l’époque soviétique, dont l’entretien coûtait décidément trop cher.

La suite est réservée aux abonnés.
Déjà abonné ? Se connecter

Publié le

Texte

Jean-Pierre Husson

Photos

DR

Lire aussi