Pour gagner contre Daech, il faut plus de JTAC (joint terminal attack controller : contrôleur aérien avancé), et positionnés plus près des cibles. Les moyens ISR (intelligence, surveillance, reconnaissance) ne permettent pas d’obtenir tous les éléments pour frapper efficacement les djihadistes : il faut donc venir au plus près des lignes de contact, et engager plus de JTAC. Le JTAC devient, de fait, une capacité tout aussi critique que le chasseur, le drone ou le ravitailleur en vol, dans la guerre asymétrique menée par Daech. RAIDS vous dévoile leur matériel et leur façon de travailler.

La suite est réservée aux abonnés.
Déjà abonné ? Se connecter

Publié le

Texte

Jean-Marc Tanguy

Photos

Jean-Marc Tanguy

Lire aussi