La disparition d’un dissident du régime saoudien qui résidait à Montréal, réapparu à la mi-février dans son pays natal, suscite l’inquiétude parmi les opposants saoudiens en exil au Canada et ailleurs. Ottawa a affirmé être au fait de la situation.

Le Washington Post a rapporté le 27 février qu’Ahmed Abdullah al-Harbi, un dissident saoudien de 24 ans qui avait trouvé refuge au Canada en 2019 avait disparu en janvier 2021 après un bref passage à l’ambassade de l’Arabie saoudite à Ottawa (mais cet éminent journal n’avait pas la primeur de l’information, les Canadiens ayant évoqué cette affaire auparavant). Il est réapparu le 18 février à l’aéroport de Dammam à Riyad dans un tweet.

En effet, il aurait créé un nouveau compte à l’effigie du prince héritier Mohammed Ben Salman (MBS). Ses premiers messages ont célébré son « retour à la maison » mais, dans les faits, il serait arrivé à Riyad le 7 février. Dans deux communications destinées à des proches, il aurait dit avoir été obligé de donner les noms et coordonnées de membres de l’opposition habitant le Canada.

Il s’était montré très actif au Canada dans un réseau militant emmené par l’opposant Omar Abdulaziz Al-Zahrani, un vidéo blogger qui également réfugié à Montréal. Ce dernier était un ami proche de Jamal Khashoggi assassiné à Istanbul le 2 octobre 2018. De plus, il est l’un des dirigeants du Parti de l’Assemblé Nationale (NAAS) fondé en 2020 qui s’oppose à la monarchie en exigeant l’établissement d’une véritable « démocratie » selon les critères de Washington. Bien évidement, ses membres vivent majoritairement en exil, ceux resté au royaume se faisant discrets. Son président, Yahya Assiri, est un ancien membre de l’armée de l’air saoudienne devenu activiste des droits humains et réfugié à Londres. Comme d’habitude, Washington joue garde plusieurs fers au feu (les Américains sont loin d’être les seuls) et considère avec une certaine bienveillance les membres de ce nouveau parti politique qui les abreuve d’informations – vraies ou fausses – sur le royaume. Il constitue également une « alternative » au cas où (exactement comme avec l’Iran sauf que le régime des mollahs est vraiment considéré comme « ennemi » alors que Riyad est, pour l’instant un « allié », mais l’Histoire a montré que les USA faisaient peu de cas de leurs alliés quand cela les arrangeait : régimes sud-vietnamien, iranien, tunisien, égyptien, etc.).

Selon le media américain : « ses amis militants le soupçonnent d’avoir été contraint de retourner dans le royaume et craignent qu’il ne fournisse aux autorités saoudiennes des informations qui les mettent en danger, eux et leurs familles ». Sur le fond, ils ont raison, les moyens de coercition étant nombreux, mais les données sont peut-être différentes.
Il y a en effet une deuxième hypothèse plus inquiétante : al-Harbi travaillait peut-être pour les services secrets saoudiens (General Intelligence Presidency – GIP – dit aussi General Intelligence Directorate – GID -), avec pour mission d’infiltrer les mouvements d’opposition au Canada : en résumé, devenir une taupe. À l’appui de cette thèse, le fait qu’il se soit rendu volontairement à l’ambassade d’Arabie saoudite à Ottawa alors qu’il savait très bien ce qui était arrivé à Khashoggi au Consulat général d’Arabie saoudite à Istanbul. Il est possible que sa mission terminée, il convenait de l’exfiltrer en douceur vers sa mère patrie en lui fournissant papiers d’identité et billet d’avion. Autre possibilité : il n’en pouvait plus car la vie d’un clandestin infiltré est extrêmement difficile et ne peut être menée trop longtemps. Il vaut mieux pour ses employeurs de le rapatrier avant qu’il ne craque psychologiquement et ne passe de l’autre côté… Le fait que les autorités canadiennes ne semblent pas particulièrement nerveuses en ce qui le concerne peut laisser penser qu’elles étaient au parfum.

Mais quel que soit le cas de figure, un dissident saoudien a déclaré au Washington Post. « Maintenant, [les militants en exil] sont exposés. Ahmed a révélé leurs noms. Et ils craignent d’être pris pour cibles, qu’à tout moment quelque chose se produise ». Le fait qu’il ait été infiltré (ou pas) passe au deuxième plan. Le résultat est là : il a donné les noms et adresses qui intéressent le pouvoir de Riyad.
Ottawa n’a pas d’autres choix que de renforcer la sécurité autour des dissidents saoudiens installés sur son territoire.

Il est intéressant de noter que l’article du Washington Post est paru alors que, la veille, Washington a publiquement accusé le prince héritier d’Arabie saoudite MBS d’avoir « validé » l’assassinat de Jamal Khashoggi. Le gouvernement américain a du même coup sanctionné certains de ses proches mais sans toucher directement au prince. En effet sauf coup d’Etat, MBS devrait prendre la succession de son père malade quand ce dernier disparaîtra. Et Washington n’y peut rien.

Publié le

Texte

Alain Rodier

Photos

DR

Lire aussi