Les forces spéciales des armées de l’OTAN sontdestinées, en théorie, à affronter les mêmes ennemis. Si leurs procédures sont semblables, elles n’en sont pas pour autant harmonisées. L’habitudede coopérer étroitement fait souvent défautà ces soldats d’élite. Sous la houlette de l’US Army, un centre de formation multinational basé en Allemagne s’emploie à améliorer leur interopérabilité et à renforcer ainsi les capacités de l’Alliance.

Nous sommes en Allemagne du Sud, des militaires aux tenues disparates sont rassemblés autour d’un instructeur ; ils sont danois, allemands, grecs, italiens, néerlandais, américains. L’instructeur, un officier de l’armée turque, prodigue les premiers soins à un blessé au ventre, avant son évacuation en hélicoptère. « Les soins d’urgence pour les blessés au combat sont primordiaux, insiste-t-il. Ils ont pour objectif principal de réduire le nombre de décès. Rapidité,...

La suite est réservée aux abonnés.
Déjà abonné ? Se connecter

Publié le

Texte

Michel VIAL

Photos

OTAN, US ARMY

Lire aussi