Deux nouvelles capacités opérationnelles devaient être déployées à Barkhane en octobre-novembre : le système de minidrone de renseignement (SMDR) et l’antenne de réanimation et de chirurgie de sauvetage (ARCS). Le premier, dont le déploiement au Sahel a pris du retard, va permettre de relever des drones de reconnaissance au contact (DRAC) à bout de souffle, après une douzaine d’années de service opérationnel. Le SMDR offre deux heures et demie de vol, et un rayon d’action...

La suite est réservée aux abonnés.
Déjà abonné ? Se connecter

Publié le

Texte

Photos

EMA , Thalès

Lire aussi