Une vidéo circule actuellement sur le web montrant un personnage qui ressemble à Evgueni Viktorovitch Prigojine alias « le chef de Poutine » (en référence à son métier dans la restauration) venant proposer à des prisonniers de droit commun un engagement pour six mois dans le groupe Wagner (dont il les le financier) pour rejoindre l’Ukraine pour servir au sein de l’« infanterie d’assaut ».

Cette vidéo aurait été tournée dans une colonie pénitentiaire située à 800 kilomètres et diffusée sur Telegram par un proche d’Alexi Nalvalny.

Le discours est musclé.
« Vous ne reviendrez pas en prison. Si vous servez six mois, vous serez libres (quelque soit la peine en cours). Si une fois arrivés en Ukraine, vous décidez que ce n’est pas pour vous, nous vous exécuterons ».

Il détaille ensuite : « la guerre est difficile. Cela n’a rien à voir avec les guerres d’Afghanistan ou de Tchétchénie. Nous tirons deux fois et demi de plus de munitions qu’à Stalingrad (1943) »

Puis il énumère les interdits en parlant de « péchés » qui ne connaîtront pas de pardon :
« le premier est de déserter. Personne ne fait demi-tour, personne ne recule, personne n’est fait prisonnier. Durant l’entraînement, on vous parlera des deux grenades que vous devrez porter pour éviter la capture ».
« Le second péché est l’alcool et les drogues qui sont interdits dans les zones de combats. Durant les six mois de votre engagement, vous n’en sortirez pas ». Une attention particulière est portée sur les drogués afin de savoir s’ils ne sont pas dépendants.
« Le troisième péché est le pillage et les contacts sexuels avec les femmes locales … la flore, la faune, les hommes, tout… (texto) ».

L’âge minimum pour s’engager est de 22 ans. En dessous, il faut présenter une attestation particulière de proches ne s’opposant pas à l’engagement du volontaire.
L’âge maximal est de 50 ans sauf si le volontaire est « fort ». Afin de permettre des exceptions, des tests physiques d’aptitude peuvent être effectués immédiatement.

Si l’engagement de prisonniers de droit commun pour faire la guerre n’est pas une chose nouvelle (il qu’il a déjà été rapporté que c’était un des moyens utilisés par le groupe Wagner pour recruter particulièrement dans les prisons IK-7 Yablonevka et IK-6 Obukhovo de Saint-Pétersbourg, quelques remarques sur le contenu de cette vidéo sont à faire.
. Rien ne dit qu’elle est bien réelle car sa mauvaise qualité ne garantit pas l’identification certaine de Prigojine d’autant que bien qu’ancien lieutenant-colonel du GRU, ce dernier n’a vraiment de fonctions militaires au sein de la compagnie Wagner. Il n’est donc pas là dans son rôle habituel qui serait plus logiquement dévolu à Dmitri Outkine.
. Les détenus semblent être « propres sur eux » et bien portants, le contraire de l’idée (peut-être fausse) que l’on se fait des pensionnaires des colonies pénitentiaires russes.
. Comment cette vidéo a-t’elle pu être tournée par une « opposant à Poutine » (peut-être présent parmi les prisonniers) puis transmise à l’extérieur ?
La période proposée de « six mois » paraît extrêmement courte pour former, acheminer et intégrer ces volontaires sur le front.

Cela dit, si l’information est réelle, ce qui est très possible, cela montre que l’armée russe manque sérieusement de troupes de choc et que le système pénitentiaire connaît des lacunes dans le domaine de la sécurité.

Il convient aussi de savoir que les Vory v-Zakone (bandits dans la loi) qui encadrent le crime organisé slave considèrent pour leur part que collaborer d’une manière ou d’une autre avec des représentants de l’autorité légale est aussi un « péché ». L’engagement dans des forces combattantes, fussent-elles privées est donc interdit.

Publié le