Le secrétaire américain à la Défense, Marc Esper, a annoncé que les États-Unis et la Corée du Sud reportaient leurs manœuvres militaires aériennes conjointes, afin de favoriser le dialogue avec la Corée du Nord. Son homologue sud-coréen, Jeong Kyeong-doo, a précisé qu’aucune date n’avait encore été fixée pour une reprise de ces manœuvres. Celles-ci auraient dû commencer le 18 novembre dernier sous un format bien plus réduit que Vigilant Ace 2017, qui avaient mobilisé 12 000 militaires américains et d’importants moyens aériens, dont une demi-douzaine de chasseurs furtifs F-22 Raptor (l’édition 2018 de Vigilant Ace avait été annulée). L’annonce de ces nouvelles manœuvres conjointes a suscité de vives critiques de la part de la Corée du Nord, qui a dénoncé une « déclaration de confrontation », susceptible de nuire au processus diplomatique. Les pourparlers entre Pyongyang et Washington sur le démantèlement du programme nucléaire nord-coréen sont cependant dans l’impasse depuis début 2019.

Publié le

Lire aussi