Réduction de budget et resserrement des effectifs continuent à être à l’ordre du jour dans bien des armées occidentales. Le cas des Pays-Bas est exemplaire à plus d’un titre ; le gouvernement de La Haye ayant réussi en moins de cinq ans à démanteler « scientifiquement » son instrument de défense, à commencer par sa composante terrestre.

Aucun pays en Europe occidentale n’a appliqué jusqu’ici une méthode aussi brutale que celle des Pays-Bas pour remodeler son armée de terre en sacrifiant des blocs capacitaires majeurs, voire essentiels. Résultat : si à la fin de la guerre froide la Koninklijke Landmacht, l’Armée de terre royale néerlandaise ou Royal Netherlands Army (RNLA) dans la nomenclature OTAN, pouvait se vanter d’être un des principaux piliers européens de l’Alliance atlantique,...

La suite est réservée aux abonnés.
Déjà abonné ? Se connecter

Publié le

Texte

Jean-Pierre HUSSON

Photos

Defensie

Lire aussi